/  Messages  /  LE PRESIDENT DE WUJA LE JOUR DE SAINT IGNACE
Messages

LE PRESIDENT DE WUJA LE JOUR DE SAINT IGNACE

LE PRESIDENT DE WUJA LE JOUR DE SAINT IGNACE

Cher Président,

Chers anciens élèves des jésuites,

Qu’aurait fait saint Ignace dans des temps comme ceux que nous vivons, avec une pandémie qui se retire ici pour mieux avancer là-bas, qui semble disparaître pendant un temps pour revenir un peu plus tard, et qui au fond ne veut pas s’en aller ?IGNACIO_PORTADA_2_EDITED

Personne ne le sait avec certitude.  Une indication peut se trouver dans la façon dont Ignace abordait les problèmes qu’il rencontrait à son époque et dans la façon dont il s’adressait aux personnes avec lesquelles il était en contact.

À Rome, où il a vécu après la création de la Compagnie de Jésus, lui et ses compagnons s’occupaient des prostituées et des pauvres, les consolant à un niveau très personnel. En même temps, Ignace et ses hommes ont pu engager des conversations avec les puissants de l’Église et du monde laïc, à Rome et en dehors de celle-ci. Cet équilibre a toujours été un trait caractéristique des jésuites de tous les temps et de tous les lieux.

Aujourd’hui, la lutte contre le virus qui afflige notre humanité exige d’être en première ligne dans les hôpitaux ou les maisons de retraite, dans les services de base rendus à la population quel que soit le danger et dans les laboratoires qui s’empressent de mettre au point un vaccin très attendu. Et c’est exactement ce que font de nombreux anciens élèves des jésuites, qu’ils soient médecins ou infirmiers, chercheurs scientifiques ou fonctionnaires.

Alain Deneef, président de la WUJA

Parallèlement, piloter des sociétés désorientées comme la nôtre requiert un large éventail de compétences : capacité d’analyse et de synthèse, sérénité et détermination, courage de dire la vérité et de prendre des décisions audacieuses et souvent impopulaires. Les anciens élèves des jésuites font également cela dans le monde entier en leur qualité de ministres, de maires, de chefs d’entreprise, de chefs d’administration et d’épidémiologistes en chef.

Ce faisant, ils imitent tous ensemble Ignace et ses compagnons d’il y a un demi-millénaire.

En ce jour où nous célébrons saint Ignace et son héritage, célébrons et remercions également les innombrables personnes, anciens élèves des jésuites ou non, qui s’occupent directement des malades et des personnes vulnérables ou qui servent la population et ceux qui prennent sur eux de diriger dans une période extraordinairement difficile.

Que notre saint patron les protège dans ce qu’ils font et nous bénisse tous avec le discernement et la résolution nécessaires pour faire de même.

Je vous souhaite une joyeuse fête de la Saint-Ignace !

Alain Deneef

Président

Union mondiale des anciens élèves des jésuites

AMDG