/  Solidarité  /  Don Bosco Confédération visiter les camps sahraouis
Solidarité

Don Bosco Confédération visiter les camps sahraouis

Don Bosco Confédération visiter les camps sahraouis

Tindouf, le 4 Janvier.
Don Bosco Confédération, représentée par son ancien président Ange Gudiña fait partie de la jeune délégation organisée par le CJE et CEAS-Sahara (coordonnateur de l’Etat de Amis associations du peuple sahraoui) qui a eu lieu du 29 Décembre to 3 Janvier à El-Ausserd, coïncidant avec le VIIIe Congrès de l’UJSARIO (Conseil de la jeunesse du peuple sahraoui), qui a élu le nouveau Secrétaire général.

Le 29 Décembre, nous avons assisté à l’ouverture de la huitième Congrès dans lequel un grand nombre d’officiers étaient présents, y compris le Président de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) M. Abdelaziz et UJSARIO qui a reconnu le travail de certaines entités, dont la CJE, une distinction honorifique. Les Décembre 30 délégués étrangers ont participé à la Conférence de solidarité avec le peuple sahraoui à travers des ateliers sur la situation du peuple sahraoui: la violation des droits de l’homme dans les zones occupées par le Maroc (expliqué par l’AFAPREDESA, Association des familles de personnes disparues et torturé) mur de la Honte (qui divise le pays de bout en bout) et le pillage des ressources naturelles.

Le jour 31, nous assisté à une parade festive et l’écoute de la soirée à certains des candidats au poste de Secrétaire général de l’UJSARIO et nous avons eu une discussion avec M. Khadad le représentant sahraoui à la MINURSO (Mission des Nations Unies pour le référendum au Sahara occidental , qui, incidemment, ne garantit pas le respect des droits de l’homme dans la région, en dépit de la violation constante de celui-ci) où l’on pouvait voir de première main, les difficultés de la mission de l’ONU dont l’objectif est référendum d’autodétermination (droit de tout) territoire décolonisé entravée par des pays comme la France et l’Espagne.

Après un très différente célébration de la fin de l’année, chacune avec sa famille d’accueil sahraoui, jour 1 nous passons à «territoire libéré» du Sahara occidental à se joindre à des manifestations “qui crie contre le mur” et savent de première main que abomination, tout en maintenant un mars de protestation pacifique contre la garde champ de mines 2700 km de ce mur qui, en plus de milliers de familles séparées, permettant l’exploitation des ressources naturelles par le Maroc.

Le 2 Janvier montait partie des camps, sachant Rabuni, où le siège du gouvernement du Front Polisario, et nous avons visité le Musée de la Résistance et le siège de l’AFAPREDESA, ou camp 27 Février, où nous avons interviewé avec le gouverneur qui nous a dit la même expérience en politique chez une femme sahraouie, et nous avons vu, non seulement ici mais partout dans le voyage, l’énorme degré d’indépendance qui a une femme sahraouie par rapport à d’autres pays arabes.

Retour à El-Ausserd nous avons eu la chance d’avoir une rencontre avec Zein Sidahmed, nouvellement élu secrétaire UJSARIO qui a présenté quelques idées sur la façon de concentrer l’UJSARIO les années à venir et répond aux questions de délégués étrangers à la dernière minute pourrait parler avec Mohamed Sidati ministre pour l’Europe, sur la relation de l’UE avec la RASD et le Maroc, dont le récent accord de pêche (l’extension du pillage des stocks de poissons, ne bénéficieront pas de la population sahraouie), dont l’Espagne est le principal bénéficiaire de l’UE.

Le 3 Janvier, était jour de planifier les actions futures au niveau des activités de plaidoyer, de sensibilisation et de coopération, et que des licenciements avec nos familles sahraouies, qui ont partagé avec nous beaucoup plus que nous avons eu et nous a fait comprendre la dureté non seulement les conditions de vie dans le désert, mais vivent dans l’incertitude constante de ne pas savoir quand le retour tant attendu de leur terre se produira.

 

 

02

Leave a Reply